CARACTERISTIQUES DU VAL DE BRIARE

DESCRIPTION DU VAL 

Situé en rive droite de la Loire, le val de Briare s’étend depuis Ousson à l'amont jusqu'à l'entrée de Gien à l'aval en traversant l'agglomération de Briare. 

Les communes concernées sont : Ousson sur Loire, Briare et Gien. 

En dehors du centre-ville de Briare, il n’y a pas d’autres secteurs urbanisés.

OUVRAGES DE PROTECTION 

Seule la partie amont, d'Ousson jusqu'à Briare, est protégée par un ensemble de levées:

Ø      d'Ousson jusqu'au pont de Chatillon, une levée protège le val, très peu large et pas urbanisé

Ø      de l'écluse des Combles, à l'aval immédiat du pont de Chatillon, jusqu'au pont canal de Briare, une levée protège une petite partie du val située entre le canal et le coteau, très peu large et pas urbanisé

Ø      du pont canal de Briare à l'écluse de Baraban, une levée protège le centre de Briare d'une inondation par débordement direct de la Loire 

RISQUE D'INONDATION 

Au XIXème siècle, tout le val a été inondé, y compris une bonne partie du centre ville de Briare. 

Dans les conditions actuelles, l’inondation de la plus grande partie du val, qui n’est pas endiguée, débute pour des crues de période de retour supérieure à 10 ans. 

Pour des crues plus fortes, de période de retour supérieure à 15 ans, l’inondation gagne la ville de Briare par contournement de la levée à l'aval de l’écluse de Baraban. 

L’inondation des autres parties endiguées ne se produit que pour des crues de période de retour supérieure à 50 voire 100 ans par surverse de la levée.

CARACTERISTIQUES DES VALS DE ST FIRMIN ET DE GIEN

DESCRIPTION DU VAL 

En rive gauche de la Loire, trois zones inondables s’étendent  sur 20 km de longueur, depuis l'amont de St Firmin au lieu-dit « les Hautes Rives » jusqu’au confluent de la rivière la Quiaulne, au lieu-dit « la Ronce :

Ø      le val de St Firmin. Sa superficie est de 130 hectares dont une bonne partie est urbanisée ( centre ville de St Firmin )

Ø      un secteur de 6 kilomètres de val non endigué

Ø      le val de Gien. Sa superficie est de 600 hectares 

Les communes concernées sont, d’amont en aval : Chatillon sur Loire, St Firmin, St Brisson, St Martin sur Ocre, Gien, Poilly-lez-Gien et St Gondon. 

Le réseau hydrographique est constitué de petites rivières provenant du coteau de Sologne dont les principales sont l’Ocre, la Notreure et la Quiaulne. 

Il faut enfin citer le cas du centre  ville de Gien, situé en rive droite, qui est particulièrement exposé au risque d’inondation. 

Trois secteurs d’urbanisation sont situés dans la zone inondable: le centre-ville de St Firmin sur Loire, Le centre-ville de Poilly-lez-Gien et le quartier de Gien (faubourg du Berry) situé au sud de la Loire. Quelques  hameaux dépendant des communes de Poilly-lez-Gien ( le Port Gallier ) et St Gondon ( les Bordelets, l’Ormette ) se trouvent également en zone inondable. Il y a relativement peu d’activités commerciales et industrielles. 

Le secteur non endigué, au droit de St Brisson sur Loire, n’est pas urbanisé.

OUVRAGES DE PROTECTION 

Le centre du bourg de St Firmin se trouve entièrement endigué entre le canal latéral à la Loire et une levée d’enceinte. Les ouvertures de ce dispositif pour le passage du CD 951 sont munies de portes de garde (sous le canal) ou batardables (levées). Le secteur amont du val, compris entre l’origine amont du val et le bourg, est également protégé par une levée. 

Le  val de Gien est protégé par une levée d’une longueur de 3 kilomètres. Cette levée s’interrompt en amont du vieux pont de Gien en se raccordant à une zone de hautes berges, ce qui constitue un point faible dans la protection du val. Elle reprend ensuite à l'aval du Port Galier et se poursuit jusqu’au château de l’Ormette à 2 km de l’extrémité du val. Cette levée est munie à son extrémité amont, à St Martin sur Ocre, d’un déversoir qui existait déja avant 1711, d’une longueur de 225 mètres. 

DEVERSOIR DE ST MARTIN SUR OCRE



RISQUE D'INONDATION 

Lors des grandes crues du siècle dernier,  tout le secteur a été inondé par  des brèches et par  contournement des levées. Le niveau maximal atteint aux principales échelles lors de ces crues ainsi que durant celle d’octobre 1907 est le suivant :

 

Année

Débits maximaux
au m3/s

Hauteur maximale de la Loire aux échelles de crues en m

Bec d'Allier 

Gien

Chatillon
Z0=127,88

Briare
Z0=125,35

Gien
Z0=121,00
St Père sur Loire
Z0=111,10

1846

  7100 6,60 6,72 7,12  

1856

7600

7200 6,89

6,82

7,19 7,20

1866

7600

7200 6,70 6,74 7,19 6,90

1907

4150

4100 5,33

5,09

5,73 5,86

De nos jours, l’inondation du val de Gien  débute, pour une crue de fréquence décennale, presque simultanément en trois points : 

Ø       à l’amont, le déversoir de St Martin se met en fonctionnement et la partie non endiguée commence à être envahie,

Ø       à l’aval immédiat de l’agglomération de Gien, dans la partie ne comportant pas de levée, un débordement sur les berges est observé. Il est accompagné d’un remous dans la rivière Notreure, lequel peut atteindre rapidement le centre de Poilly les Gien,

Ø       à l’extrémité aval, un remous, non dommageable à ce débit, se fait sentir dans la Quiaulne jusqu’au niveau de St Gondon. 

La partie non endiguée située entre le val de St Firmin et celui de Gien débute dès la crue de fréquence quinquennale. Le val de St Firmin n’est pas inondé. 

En cas d’une crue de type de 1856, le bourg de St Firmin demeurerait hors d’eau sous réserve du batardage des ouvertures de la levée et de la fermeture des portes de garde sous le canal. Une inondation limitée reste toutefois possible par infiltrations et remontée de la nappe alluviale. 

 L’inondation du val de Gien  serait totale, par débordement direct pour les parties non endiguées et fonctionnement du déversoir pour le reste du val. 

Les premiers débordements sur les quais de Gien, en rive droite, apparaissent pour la crue de fréquence décennale. Une importante partie du centre ville serait inondée pour une crue de type 1856.

CARACTERISTIQUES DU VAL DE DAMPIERRE

DESCRIPTION DU VAL 

Situé en rive droite de la Loire, le val de Dampierre s’étend sur 4,5 km de long, au sud de Dampierre en Burly. Il a une superficie d’un peu plus de 500 ha dont 15% sont occupés par le remblai de la centrale nucléaire de Dampierre. 

Des serres se sont développées à coté de la centrale. 

OUVRAGES DE PROTECTION 

Le val de Dampierre est protégé par une levée, munie d'un déversoir (déversoir de Pierrelaye) et ouverte à l'aval. 

Le déversoir de Pierrelaye a une longueur totale de 350 m. Il a été construit en 1867 à l'emplacement des brèches causées lors des crues de 1856 et 1866 (la levée d'origine a été gravement endommagée lors de la crue de 1846 et a été reconstruite plus en retrait). 

RISQUE D’INONDATION 

Tout le val a été inondé lors des grandes crues du siècle dernier. 

Dans les conditions actuelles, l’inondation débute par l’aval, pour la crue de fréquence décennale. Le déversoir entre en fonctionnement pour un débit en Loire de 4000m3/s, soit une crue de fréquence cinquantennale. 

 Pour une crue du type 1856, le val est inondé en totalité, excepté la plate-forme de la centrale nucléaire.


En crue décennale, on observe seulement un remous assez faible à l’aval. 

DEVERSOIR DE PIERRELAYE