CARACTERISTIQUES DU VAL DE LA CHARITE 

DESCRIPTION DU VAL 

Sur la rive gauche de la Loire, entre Marseille-lès-Aubigny et Saint Thibault, s’étend un ensemble de vals continus mais distincts en ce qui concerne leur niveau de protection contre les crues. On distingue ainsi 3 parties : 

Le val de la Charité amont, de l’origine du val située au débouché de la rivière l’Aubois au village de Passy, sur le territoire de la commune de la Chapelle-Montlinard.

Les communes concernées sont, d’amont en aval, Marseilles-lès-Aubigny, Beffes, St Léger-le-Petit, Argenvières et La Chapelle-Montlinard.

Il est drainé par le ruisseau de Chateauvert.

Le centre ville de Beffes, de Saint Léger-le-Petit et d’Argenvières ainsi que les quartiers des Pâtureaux et de la Chaume Blanche sur la commune de La Chapelle-Montlinard sont situés dans la zone inondable. 

Le val de la Charité aval (appelé également Val d’Herry). Il s’étend du village de Passy au village des Vallées dépendants de la commune de Couargues.

Les communes concernées sont, d’amont en aval, La Chapelle-Montlinard, Herry et Couargues.

Les principaux secteurs habités sont les hameaux de Passy et des Vallées.

Le val est drainé par le ruisseau du Lac ou de la Fontaine d’Herry. 

Une partie non endiguée, depuis le village des Vallées jusqu’à Saint Satur.

Les communes concernées sont, d’amont en aval, Couargues, St Bouize, Thauvenay, Sancerre, Ménétréol-sous-Sancerre et St Satur.

Les principaux secteurs habités sont le centre de Couargues et l’ensemble de ses hameaux, la partie basse de Ménétréol-sous-Sancerre située le long du canal et le hameau de St Thibault sur la commune de St Satur.

Elle est drainée par les rivières le Moule et la Vauvise. 

OUVRAGES DE PROTECTION 

Le val de la Charité amont est protégé par une levée continue, de 13,8 kilomètres de longueur, qui s’interrompt à l’amont immédiat du village de Passy. Cette levée, construite à différentes époques, porte le nom de « levée d’Espagne » et, dans sa partie amont, de levée « des Rauches ». Elle se poursuit par le déversoir d’Herry (appelé également déversoir de Passy), d’une longueur de 2800 m, où le terrain naturel constitue le seuil de déversement. 

Le val de la Charité aval est ouvert à l’amont par le déversoir d’Herry. La levée dite « Grande levée de Napoléon », fait suite au déversoir. Cette levée porte également localement les noms de levée « des Rapins », « des Barreaux » ou « des Butteaux » c’est à dire ceux des grands domaines agricoles concernés. Elle s’étend sur une longueur totale de 7,5 kilomètres, jusqu’au  village des Vallées. 

La partie non endiguée, du village des Vallées jusqu’à St Satur, ne dispose pas de levée continue. Il existe toutefois, ponctuellement, des petits secteurs où la berge a été rehaussée et renforcée pour barrer l’entrée de chenaux de crues (secteurs de la Martinaterie et de la Gargaude). Au droit de Ménetréol-sous-Sancerre et de St Satur, le canal latéral à la Loire en remblai forme une digue sur un peu plus de 2 kilomètres. 

RISQUE D’INONDATION 

Lors des grandes crues du XIXème siècle, le secteur a été inondé en totalité. Des brèches se sont notamment formées à l’extrémité amont de la levée d’Espagne (brèche des Rauches) et entre La Charité et Passy pour le val de la Charité amont et au niveau du domaine des Rapins pour le val de la Charité aval.  

 Les niveaux atteints aux échelles hydrométriques pour les principales crues étaient les suivants :                                   

Année

Débits maximaux
au m3/s

Hauteur maximale de la Loire aux échelles de crues en m

Givry

La Charité

St Thibault

1846

 

5,90

6,07

1856

7600

5,99

6,10

1866

7600

6,05

6,34

Dans les conditions actuelles, dès que le débit en Loire dépasse 1500 m3/s, soit une fréquence inférieure à la biennale, la partie aval, non protégée, commence à être inondée. 

 Le val de la Charité aval est également inondé par remous à partir de la crue quinquennale. Cette inondation s’accroît ensuite avec le débit et selon le degré de saturation du réseau hydrographique du val. 

Lorsque le débit de la Loire atteint 3500 m3/s, soit une fréquence bidecennale, le déversoir de Herry entre en fonctionnement et inonde le val par l’amont. Certaines portions de levées sont submergées. 

Enfin, pour une crue type 1856, dans les conditions actuelles d’écoulement et compte tenu de l’effet du barrage de Villerest, la levée d’Espagne ne serait pas submergée. Le val de la Charité amont serait toutefois presque totalement inondé par remous, à partir du déversoir de Herry. 

 Le risque d’une rupture accidentelle de la levée est important, notamment dans sa partie amont, à l’endroit où des brèches ont eu lieu en 1846, 1856 ou 1866.

AUTRES SECTEURS INONDABLES 

Il s’agit des secteurs de la rive droite, de l’île de la Charité et du bourg de Saint Thibault. 

L’île de la Charité est très urbanisée. La partie aval, occupée par le terrain de camping, est submergée pour la crue de fréquence décennale.

Les quais de la Charité, en rive droite, ne sont inondés que pour des crues supérieures à la cinquantennale.

Les premières maisons du  bourg de Mesves sont atteintes pour la crue décennale.

Le secteur de Charenton, sur la commune de Pouilly, est atteint pour la crue cinquantennale. La RN7 est susceptible d’y être coupée. 

L’accès au pont entre Pouilly et Les Vallées est coupé dès la crue quinquennale, de même que celui de Saint Satur.

Le bourg de Saint Thibault est atteint pour un débit de 3000 m3/s, correspondant à une crue décennale.