CARACTERISTIQUES DU VAL DU BEC D’ALLIER 

DESCRIPTION DU VAL 

Ce val s’étend en rive gauche de l’Allier (dernier kilomètre avant son confluent avec la Loire), puis de la Loire. Sa superficie totale est de 400 ha pour une longueur de 6,5 km. 

Il est situé en totalité sur le territoire de la commune de Cuffy. 

Il n’y a pas de réseau hydrographique notable. La partie aval présente des dépressions longitudinales qui sont les vestiges d’anciens bras. 

OUVRAGES DE PROTECTION 

A l’amont, le quart environ du val est muni d’une levée de 2,5 km de longueur, partant du coteau et délimitant un trapèze ouvert vers l’aval. Elle est munie d’un déversoir d’une longueur de 400 m construit en 1870 à l’endroit où des brèches s’étaient ouvertes en 1846, 1856 et 1866. Le canal latéral à la Loire traverse le val en remblai et forme ainsi une digue qui isole un petit secteur au lieu dit « la Grenouille ». A l’aval de cette partie endiguée, le reste du val est de très faible largeur ; il s’agit en fait d’anciennes îles rattachées au coteau. Les seuls lieux habités sont situés dans la partie endiguée. 

RISQUE D’INONDATION 

Tout ce val a été inondé en 1846, 1856 et 1866, par brèches et par remous. Par ailleurs, le déversoir a fonctionné durant les crues d’octobre 1872 et d’octobre 1907. Les hauteurs et les débits maximaux atteints lors des crues de 1856 et 1866 ainsi que durant celle d’octobre 1907 sont les suivants : 

Année

Hauteur en m

Débit
 maximal
Débit apporté
 par le Loire
Débit apporté
 par l'Allier

Givry

Givry  Nevers le Veurdre

1856

6,02

7600 m3/s 4200 m3/s 3500 m3/s

1866

5,89

7600 m3/s 4500 m3/s 3500 m3/s

1907

5,13

4150 m3/s 3270 m3/s 1250 m3/s

De nos jours, l'inondation survient très tôt, dès les crues de fréquence biennale à quinquennale pour la partie aval, non endiguée et très peu après, par remous, pour la partie endiguée. En crue décennale, l’inondation par remous est déjà quasi totale. Le déversoir se met en fonctionnement pour un débit de 4000 m3/s au confluent, soit une crue de fréquence cinquantenale. 

Pour une crue du type de celles de 1846, 1856 ou 1866, dans les conditions d’aujourd’hui, l’inondation du val serait totale, à la fois par le fonctionnement du déversoir et par remous.  L’abaissement de la ligne d’eau obtenu au droit de ce val par le barrage de Villerest réduit toutefois les profondeurs de submersion.

CARACTERISTIQUES DU VAL DE GIVRY 

DESCRIPTION DU VAL 

Situé en rive gauche de la Loire, le val de Givry s’étend sur 6,5 km de longueur.  Sa superficie est d’environ 1 200 ha. 

Il est situé sur le territoire des communes de Cuffy, Cours les Barres et Jouet sur l’Aubois. 

Il est drainé par la rivière « la Canche » et traversé dans le sens de la largeur par le canal de jonction entre le canal latéral à la Loire et le fleuve. 

Ce val est peu urbanisé. Les principaux lieux habités sont les hameaux de Givry, la Môle et quelques autres écarts, situés en général à proximité de la levée. Le reste du val est entièrement agricole. 

OUVRAGES DE PROTECTION 

Le val de Givry est protégé par une levée continue de 9,5 km de longueur. Cette levée a été entièrement renforcée récemment (fin des travaux en 1988). Toutefois, quelques points bas n’ont pas été totalement éliminés. 

 A son extrémité aval, le débouché de la Canche a été équipé d’un dispositif anti-retour qui protège le val de l'inondation par remous pour les crues inférieures à la décennale. Pour les crues plus fortes, un déversoir  aménagé dans l’ouvrage anti-retour se met en fonctionnement et provoque l’inondation progressive du val par remous. 

 L'écluse du débouché en Loire du canal de jonction est équipée d'une porte de garde qui peut être fermée en crue. 

RISQUE D’INONDATION 

Le val de Givry a été entièrement inondé lors des crues de 1846, 1856 et 1866, de nombreuses brèches s’étant formées dans la levée : brèches d’entrée par où les eaux ont envahi le val,  situées à l’amont aux lieux-dits « Laubray » et « les Joigneaux » et brèches de sortie à l’aval au niveau du débouché de la Canche. 

Dans les conditions actuelles, pour une crue de fréquence décennale, le val est inondé par remous depuis l’ouvrage anti-retour du débouché de la Canche. Cette inondation s’étend ensuite rapidement à la moitié du val. 

Pour une crue du type de celles du siècle dernier, même en tenant compte de l’abaissement de la ligne d’eau apporté par le barrage de Villerest, la levée est en limite de débordement en plusieurs endroits et il faut considérer que l’inondation totale du val de Givry se produirait par rupture de la levée.